Textes collectifs 2021

 

Textes collectifs 2021

 

J’AIME MIEUX…

 

J’aime mieux les bonbons
Que le poisson.

J’aime mieux les gâteaux
Que les artichauts.

J’aime mieux les clémentines
Que les aubergines.

J’aime mieux le lait
Que les navets.

J’aime mieux les poires
Que les épinards.

J’aime mieux les galettes
Que les noisettes.

J’aime mieux la confiture
Que le pain dur.

J’aime mieux le chocolat
Que le nougat.

J’aime mieux les radis
Que les kiwis.

J’aime mieux les citrons
Que les cornichons.

Les élèves de GS/CP de l’école de Montigné


Nos rêves rassemblés

 

Nous aurons un univers
Plein d’arcs-en-ciel
Pour que sans cesse on s’émerveille

Des étoiles immortelles
Pour garder la mémoire

Des crayons brillants
Pour écrire de jolies histoires

Des constellations marines
Pour embellir les océans

Des astrologues joyeux
Pour prédire un futur heureux

De l’amour fraternel
Pour que tout le monde s’aime

Des fleurs pailletées
Pour inspirer les jours d’été

Des soleils couchants
Pour offrir une lumière apaisante

Des animaux réconfortants
Pour nous tenir bien chaud

Des feux d’artifice
Pour rendre nos yeux pétillants

Et des univers parallèles
Pour entrer dans le surnaturel

La classe de CE2-CM1 de Celles-sur-Belle

 

Recueil de poèmes des jeunes 2021

 

Thème année 2021 “Désir”

 

Recueil de poèmes des jeunes 2021 

 

Classe de CE1- CE2 de Verrines

Classe de CE1- CE2 de Verrines

 

J’ai plongé mes mains dans ton cœur,

J’en ai sorti des montagnes d’amour.

 

J’ai plongé mes mains dans un arc-en-ciel,

J’en ai sorti de jolies couleurs brillantes.

 

J’ai plongé mes mains dans un livre,

J’en ai sorti de belles histoires.

 

J’ai plongé mes mains dans l’herbe,

J’en ai sorti une odeur fraîche.

Louane – CE1


Je voudrais faire des voyages

Aller très vite, aller très loin…

Je voudrais voir tous les rivages

Des mers que je ne connais point

Mais je n’ai qu’un fauteuil à bascule

et un petit camion

Si j’avais un avion

J’irais voir le Vendée Globe, vu du ciel.

Louka – CE2


Le gâteau au sourire

 

Pour faire un gâteau au sourire, il faut :

Mixer des chatouilles à la crème glacée,

Incorporer un litre de sourires et de la levure d’amour,

Verser un gramme de confiture d’humour,

Ajouter un supplément de bonheur et de joie,

Incorporer du chocolat à l’amitié

Appeler un ami pour déguster le gâteau.

Oscar – CE1


J’ai plongé mes mains dans un arc-en-ciel,

J’en ai sorti du bleu, des nuages et d’autres couleurs.

 

J’ai plongé mes mains dans l’eau,

J’en ai sorti de la bonne humeur.

 

J’ai plongé mes mains dans un livre,

J’en ai sorti des papillons et de la joie.

 

J’ai plongé mes mains dans un piano,

J’en ai sorti de la belle musique.

 

J’ai plongé mes mains dans le vent,

J’en ai sorti de l’amour.

Roxane – CE1

Classe de CE2 de Celles-s/Belle

Classe de CE2 de Celles-s/Belle

 

J’écris à l’encre bleue

le ciel est tombé

des nuages

Arthur


Dans le lac gelé

les poissons se regardent

dans la glace comme un miroir

Juliette


Le printemps arrive

les fleurs poussent

l’église tourne autour du temps

Nahel


La lune a sommeil

les étoiles brillent

le soleil a la flemme

Ruben

Classe de CE2-CM1 de Celles-s/Belle

Classe de CE2-CM1 de Celles-s/Belle

 

Désirs

 

Respirer l’air frais au petit matin

Regarder le ciel avec ses nuages blancs

Écouter les bruits du quotidien

Malaxer la tendre pâte de mes rêves

Déguster le plaisir d’aider et de donner

Désir, désir tu me fais du bien

Milo


Un monde irréel

 

Avec le mot arbre, j’invente des feuilles colorées

Je vote pour que mes doudous me parlent

Avec le mot girafe j’invente un petit girafon à taches toutes bleues

Je vote pour que le jour dure plus longtemps que la nuit

Avec le mot livre j’invente des pages à plumes

Je consacre ma vie à faire des mathématiques

Avec le mot joie j’invente des cadeaux géants

Alicia


Penser à ma maison

 

Penser à ma maison chaque après-midi

À mon lit si doux

À toutes ses odeurs remarquables

Qui se répandent dans toutes les pièces

À l’air chargé de menthe fraîche

 

Penser à ma maison

À sa cuisine pleine de saveurs

À mes chiens qui font les fous jusqu’à l’épuisement

À mon chat qui se met en boule sur mon canapé

Ma maison qui respire l’amour

Namory


Le sens de la vie

 

Respirer les petites fraises du marché

Admirer les fleurs pousser

Écouter le chant des oiseaux dans les marais

Toucher le sable doux des soirs d’été

Savourer la vie colorée

Désir désir que tu sois exaucé !

Louise

Classe de CM1 – CM2 de Verrines

Classe de CM1 – CM2 de Verrines

Des

Étoiles

S

Illuminent

Rigolent

Et

Repartent

Victor


Désir

Est

Sauvage

Il

Rebondit

Explose

Ressort

Maelie


2020

Je suis un enfant de 2020,

Qui est gentil,

Et qui est intelligent,

Je suis un enfant de 2020,

Qui est triste,

Et qui est malheureux,

Je suis un enfant de 2020,

Qui est amoureux,

De Maelie.

Nathan


Quand je ferme les yeux, je sens l’odeur de l’herbe des prés.

Quand je ferme les yeux, j’entends l’eau de la rivière qui coule.

Quand je ferme les yeux, je vois mon avenir se dessiner.

Timothé

Classe de 6e A

Classe de 6e A

 

L’automne arrive à petit pas

Les feuilles tombent

Des feuilles couleur feu

Le sol est recouvert d’un tapis de couleur

Les arbres ont enlevé leur tenue verte

Pour mettre des habits dorés

Julia


À travers ma fenêtre

Je vois un arbre

Magnifique

Il se coupe les cheveux

Tous les automnes.

Louis


Ballon surveillant la terre

La lune semble un réverbère.

Et comme la nuit porte conseil.

Antoine


Le soleil jaune brille sur l’eau

Mon pied se pose sur les grains de sable brûlants

Petites éclaboussures sur mon maillot de bain.

Romane

Classe de 6e B

Classe de 6e B

 

Ma femme

 

La nuit je tiens mon fils

Tout contre moi

Je ne dors pas

Je veille sur mon fils

Et je pleure

Je vois ma femme

Quand le bateau a chaviré

Je ne l’ai pas saisie

Je n’ai pas pu

Son cri avec les cris de tous les autres

Les flots qui les aspirent

Ces bras, ces coudes, ces poignets, ces mains…

Elle est là dans mes paupières

Le sommeil ne vient pas.

Rose


En Normandie les nuages se croisent

Le soleil croque la mer

Et rend le temps gris ébloui.

Milo


Les filles c’est joli

Joli comme une rose

Une rose rouge

Les filles c’est joli

Mais celle-là a quelque chose

Une chose que toutes les autres n’ont pas.

Je voudrais savoir ce que c’est

Mais je crois l’avoir trouvé

C’est la beauté

Timeo


Si j’annonce mon secret, j’ai peur

Je le garderai sans relâche

Je le dirai quand j’aurai vécu

Personne ne criera

À la nuit des temps

Et au parfum éternel

J’ouvre mon large oui

Et je le dis haut et fort

Je brûle mon secret

J’ai annoncé ma joie

Camille

Classe de 6e C

Classe de 6e C

 

Le martèlement de ses sabots lourds

Fendent les oreilles d’un sourd

Dès qu’on l’entend on court

 

Son haleine de roquefort

Réveillerait les morts

Dès qu’on le sent, on sort.

 

Ses dents d’acier couperaient

Les pommes les plus dures

Dès qu’on le touche on court

 

Ses yeux globuleux

Envoûteraient un aveugle

Dès qu’on le voit, on meugle

Mélissa


Le soir il fait vraiment tout noir

Et moi ça me fait faire des cauchemars

Mais les cauchemars c’est pas si mal

Tu peux te glisser dans le lit de maman

Sans qu’elle râle

Un soir, je suis dans un manoir hanté par les cafards

Des cafards géants extrêmement grands

Des cafards ça me va tant que ce n’est pas des araignées

Ce cauchemar est très bizarre

Dès que j’ai pensé aux araignées

Les cafards se sont transformés

“Maman ! j’ai fait un cauchemar !”

Maman me glisse dans son lit

Ça y est j’ai gagné !

Anna


Matin d’automne

 

La rosée touche la pierre.

D’abord transparente comme un diamant.

Le soleil la déguise en une opale bleue

Midi arrive, ses gouttes disparaissent sans aucun but.

 

Matin d’hiver

La rosée apparaît gelée, figée.

Le soleil est resté caché :

Il a peur du froid.

 

Matin de printemps

La rosée est toujours là

Elle a repris les couleurs de la vie

On dirait une proche galaxie

 

Matin d’été

La rosée colore les arcs-en-ciel

La rosée vit les saisons

Elle est vivante.

Nina


Je sais ce qu’il y a là-bas

Sur le fil de l’horizon

Une île aux dragons

Il y en a des bleus, des jaunes, des marron.

Mathéo

Classe de 6e D

Classe de 6e D

 

Tu dis bonheur

Et déjà,

Tu souris.

 

Tu dis sourire

Et déjà

Tu ris avec tes amies.

 

Tu dis rire avec tes amies

Et déjà

Tu fais des bêtises.

 

Tu dis faire des bêtises avec tes amies

Et déjà

Tu t’enfuis.

 

Tu dis poème

Et déjà

Les mots t’apaisent.

Gladys


Tu dis avion

Et déjà

Le tour du monde t’attend.

 

Tu dis téléphone

Et déjà

Les souvenirs, les photos te rendent heureux.

 

Tu dis arbre

Et déjà

Les oiseaux font leur nid.

 

Tu dis nuit

Et déjà

Les étoiles t’illuminent.

Coline


Tu dis arbre

Et déjà

L’écureuil ramasse des noisettes sur les branches.

 

Tu dis chien

Et déjà

Il te lèche la tête quand tu le caresses.

Tu dis étude

Et déjà

Ton travail de math est fait.

 

Tu dis vélo

Et déjà

Tu roules sur un terrain de cross.

Baptiste


Tu dis abeilles

Et déjà

Tu ressens des vibrations chatouiller tes oreilles.

 

Tu dis chocolat

Et déjà

Tu le vois à plat

Sur ta tartine.

 

Tu dis voyage

Et déjà

Tu ressens les vagues

Sur toi.

 

Tu dis famille

Et déjà

Tout le monde est réuni pour la vie.

 

Tu dis au revoir

Et déjà

Une belle et douce main

Se lève en toi.

Lili Jasmine

Classe de 6e E

Classe de 6e E

 

Tu dis piano

Et déjà,

Le son sort de tes doigts.

 

Tu dis console

Et déjà,

Tu as tous les jeux qui existent.

 

Tu dis pouvoir

Et déjà,

Tu deviens invisible.

 

Tu dis dessin

Et déjà,

Tout le monde admire tes œuvres.

 

Tu dis poème

Et déjà,

Les crayons font tout en un clin d’œil.

Paul


Tu dis voler

Et déjà

Le ciel te demande de monter

 

Tu dis île

Et déjà

Le sable s’étend à côté

 

Tu dis palmiers

Et déjà

Ils poussent par milliers

 

Tu dis ruisseau

Et déjà

L’eau coule entre les rochers

 

Tu dis poésie

Et déjà

Le poème est fini

Raphaël


Tu dis printemps

Et déjà

Toutes les fleurs apparaissent

 

Tu dis été

Et déjà

La chaleur te réchauffe le cœur

 

Tu dis hiver

Et déjà

La neige tombe sur la route

 

Tu dis automne

Et déjà

Toutes les feuilles des arbres se décrochent

 

Tu dis saisons

Et déjà

Les mois de l’année disparaissent

Solène


Tu dis livre…

Et déjà

Des pages granuleuses tournent devant toi.

 

Tu dis jonquille…

Et déjà

Un être fin et jaune à la peau humide danse devant toi.

 

Tu dis colibri…

Et déjà

Des couleurs plus rapides que le vent passent devant toi.

 

Tu dis rougaille…

Et déjà

Tu sens une fumée épicée passer sous ton nez.

 

Tu dis plage…

Et déjà

Tu marches sur du sable chaud et tu vois un coquillage briller au loin.

 

Tu dis vétérinaire…

Et déjà

Un bel oiseau vole dans la volière et des plumes multicolores tombent sur ton visage.

 

Tu dis poème…

Et déjà

Les vers et les strophes se posent sur les lignes.

Sanah

Classe de 4e A

Classe de 4e A

 

Des rêves d’enfants ont péri lorsque j’ai grandi.

Est-ce que quelqu’un sait où ils sont partis ?

Si un jour j’essaie de les retrouver

Iront-ils se réaliser ? Ou me

Regarderont-ils échouer ?

Jade


Lucie désire réussir sa vie

Être joyeuse, partager, être aimée

Faire les bons choix, découvrir de nouveaux paysages

Voyager, ne pas se priver mais surtout

ÊTRE HEUREUSE !

Justine


Dompter les épreuves de la vie pour avoir ce que l’on veut.

Émotion éternelle.

Sensation en chacun de nous.

Irréalisable si on n’y croit pas.

Réaliser ses rêves.

Lény


Un désir impossible

 

Ce désir que j’ai depuis que tu n’es plus dans ce monde…

De te prendre dans mes bras, te voir plus souvent.

Et surtout, je désire te rejoindre, te rejoindre dans ce monde.

Un monde différent du mien.

Lisa

Classe de 4e B

Classe de 4e B

 

Désert désir

Un naufragé perdu

Désert d’eau à perte de vue

 

Désir, rentrer chez lui,

Désir, retrouver sa vie,

Ses amis, sa famille.

 

Ses désirs

Tels une flamme

Lui tiennent chaud.

 

Ses souvenirs bientôt consumés

Cendres d’une vie passée

Se dispersent dans les flots.

 

Désert d’eau

Arthur


Le désir

 

C’est ce genre de sentiment qui ne fait jamais de grèves.

Notre grande envie d’être désiré.

Un voyage qui résonne dans nos rêves.

Une personne à qui on ne peut cesser de penser.

Voilà comment le désir peut être créé.

Éloïse


Le désir

 

Le désir c’est du plaisir, une envie, un rêve.

Le désir c’est sourire, pour la vie, ceux qu’on aime.

Le désir c’est accueillir, des amis, faire la fête.

Le désir c’est embellir, être joli(e), pour plaire.

Le désir c’est ressentir, ce qui nous attire, sur la Terre.

Le désir c’est finir, d’en pâtir, à cause des guerres.

Sami


Désir d’espace

 

Tous les jours je te vois par la fenêtre,

Parfois rousse, parfois blanche, souvent brillante,

Quelquefois, je me demande où tu peux bien être,

Tu te caches derrière des ombres dansantes.

 

Depuis chez toi ma maison serait petite,

Loin de la vie, du bruit et de la foule,

Mes yeux et mon corps seraient en orbite,

Vivre sur toi serait vraiment cool.

 

Je voudrais voler, vivre en apesanteur,

Faire de mes rêves ma fortune,

Chez toi j’oublierais mes peurs,

Je veux voyager chez toi la lune.

Perle

Classe de 3e A

Classe de 3e A

 

Désir

 

Je m’enfuis,

Tu me rejoins.

Je te repousse,

Tu t’accroches.

 

Tu me veux,

Je t’évite.

Tu m’aimes,

Je te hais.

 

Je te heureux,

Tu me folles.

Je te rejette,

Tu souris.

 

Après ça :

 

Je change,

Toi aussi.

Je te rejoins,

Tu me repousses.

 

Je te veux,

Tu m’évites.

Je t’aime,

Tu me hais.

 

Je pleure,

Tu souris.

Je te regarde,

Tu t’en vas.

 

Louise


Un seul regard et mon cœur a chaviré

Sous le feu d’un baiser

Tu as réussi à me déstabiliser

Ne vois-tu pas que je suis en train de perdre pied ?

Bercée par la chaleur de ton corps

Je t’offre mes nuits

Cette envie qui me dévore

Une romance sous la pluie.

Lilou


Le désir

 

Je te regarde,

Je t’observe,

Je t’admire.

 

Tu me plais,

Tu m’éblouis,

Tu me charmes.

 

Il me tente,

Il me déstabilise,

Il m’envoûte.

 

Nous nous attirons,

Nous nous aimons,

Nous nous désirons.

Juliette


Une Envie Perpétuelle

 

Elle était belle

Elle était joueuse,

Elle était drôle

Et semblait heureuse.

 

Je la croisais chaque matin,

Dans l’attente d’un sourire ou d’un signe de la main.

Elle me donnait envie de rire avec entrain.

Tout me plaisait chez elle :

Son cou me donnait faim,

Ses cheveux couleur miel,

Et ses mouvements de bassin

Quand elle marche au soleil.

Ses lèvres me faisaient envie,

Ses yeux brillants comme des diamants,

Ses formes qui la nuit prennent vie

Et son élégance qui réveillait mes sentiments.

 

Elle était belle

Elle était joueuse,

Et avec un autre

Semblait déjà heureuse.

Jeanne

Classe de 3e B

Classe de 3e B

 

Mon fidèle ami

 

Devant ma cheminée, le soir, après dîner

Je feuillette tes pages jaunies par milliers,

Source d’inspiration et de satisfaction

Tu me parles à chaque fois que je t’ouvre.

 

Quand tu me racontes et m’ensevelis dans l’histoire

Autour de moi, plus rien ne compte, même si,

Au fond de moi je sais et je comprends

Que tu n’es pas vivant mais si vibrant

 

Tu es si envoûtant, tellement captivant

Que quand je m’ennuie, je pense tout de suite

À toi, grand maître du savoir, toi qui sais tout,

J’ai une absolue confiance en toi, mon grand ami

Cyprien


L’orage est tombé, le sable s’est levé

Coquillages et crustacés sont enfouis

Ciel gris, la marée montée

L’horizon est vide et la faune partie

 

Sur des vagues comparables à l’Everest

Les bateaux et navires s’agitent

D’est en ouest le vent échoue

Marins et pêcheurs

 

Dunes couchées, palmiers envolés

Plage et galets sont à l’abandon

Les sirènes et dauphins sont apeurés

C’est mon champ de vision.

Ambre


Est-elle de bronze ou d’or ?

Le peu de fois où je la vois,

Ne me permet pas de le deviner,

À mon plus grand désarroi.

 

Ce bout de métal durement obtenu

Pour tous les jours où tu as combattu

Elle ne vaut pas ta dévotion

Et tout ce que tu as fait pour la nation.

 

Pourtant je porte ta fierté dans mon cœur

Pourtant tu portes le médaillon comme un blason

Au-dessus de ton cœur.

 

Guerre durement menée

Guerre durement remportée

Voici le beau médaillon

Forgé d’or et de fierté

Rachel


La foudre apparaît comme le jour dans la sombre obscurité

La vaste mer déferle sa douce rage

La violente tempête a détruit l’orage

De puissantes tornades coniques ont emporté les terres jusqu’au large.

Mathéo

Classe de 3e E

Classe de 3e E

 

Sous la pluie

Marcher avec toi

Et ne plus penser à rien

C’est ce que j’aurais voulu

Mais tu es parti

En me laissant ici

Béatriz


Viens, regardons-nous jusqu’à en oublier le temps.

Dansons sous la pluie et chantons comme si personne ne nous écoutait.

Aimons-nous comme si rien ne pouvait nous briser.

Un coucher de soleil et le temps qui s’arrête, c’est ce qui se passe lorsque je suis avec toi.

Ton regard si mystérieux dans lequel j’aime me perdre, je ne l’oublierai jamais.

C’est quand tu n’es plus près de moi que je me rends compte de la couleur de la vie.

Laisse-moi redessiner ton sourire dans ma tête pour m’endormir.

Ce sourire qui m’apaise tant.

Prends-moi la main et laissons-nous porter vers l’avenir.

Et si nous ne refermions jamais cette parenthèse…

Mathilde


Le désir est le fruit de l’amour

Le cœur de ton âme

Ton corps pour de l’or

L’argent pour ta peine

Ta peine comme de l’eau de tes larmes

Tes larmes comme celles du sang

Le sang d’une coupure

La coupure qui fait mal

Mal comme un cœur

Un cœur qui s’emballe

Maëlis


L’amour est un arbre qui grandit

Sur ses branches j’ai cueilli la joie, l’envie

Mais certaines ont cassé, laissant place à la peine et à la tristesse

Avoir cette peur d’avouer ses sentiments m’assombrit et me brise le cœur

Lola

“Les Écrits de la Belle” Publications Adultes

“Les Écrits de la Belle” Publications Adultes

 

 

 

 

12e recueil: 2019

Dans ce douzième recueil ont été regroupés tous les textes des deux ateliers d’écriture animés en décembre 2018 par Paul Badin, poète. Écrits sur le thème du Printemps des Poètes 2019, la Beauté, et placés sous la protection de René Char: « Dans nos ténèbres il n’y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la Beauté. », ces quatre-vingt-treize poèmes ou textes en prose célèbrent la beauté du monde et l’importance que revêt sa préservation.

Parution: 2019 – 5€

En vente au Foyer rural de Verrines et consultable à la Médiathèque de Celles.


 

 

 

11e recueil: 2017

Écrits lors de huit séances d’écriture, les soixante-dix-neuf  poèmes de ce onzième recueil des Écrits  de la Belle, témoignent une fois de plus d’un bel élan collectif. Les thèmes en sont variés, même si celui du Printemps des Poètes 2017, l’Afrique, y est aussi très présent.

Trois animatrices, dont Albane Gellé, poète, et un animateur, se sont associés  pour ouvrir ces ateliers à la parole de nombreux poètes.

Parution: 2017 – 5€

En vente au Foyer rural de Verrines et consultable à la Médiathèque de Celles.


 

Avec ce titre : «Le Grand Vingtième», le Printemps des Poètes 2016 invitait à se lancer sur les pas des poètes du siècle dernier.

L’Atelier de poésie du Foyer rural de Verrines, en partenariat avec la Municipalité de Celles-sur-Belle, a fait le choix de s’embarquer pour deux ateliers d’écriture avec la poète Patricia Cottron-Daubigné. Ces deux ateliers, ouverts à tous les acteurs de la poésie celloise, ont eu lieu à l’Abbaye de Celles en novembre et décembre 2015.

Et ce voyage fut passionnant puisqu’il a offert aux 20 participants de ces ateliers d’écriture, la possibilité d’écrire dans le sillage de Germaine Beaumont, Eugène Guillevic et Rainer Maria Rilke, poètes du 20e siècle, ainsi qu’avec le soutien et la complicité de Philippe Catinat et Patrick Joquel, poètes d’aujourd’hui.

Publication : 2016

Le Grand Vingtième


 

Les 142 poèmes de ce recueil ont été écrits lors de 4 séances d’atelier d’écriture par les membres des Écrits de la Belle, parfois rejoints par quelques invités. L’atelier de poésie du Foyer rural de verrines accorde en effet la plus grande importance à l’ouverture de son travail vers d’autres compétences ou sensibilités, et cela tant du point de vue des participants que de celui des animateurs.

Paroles plurielles, mise en voix ou en échos dans des textes qui s’enchainent, ou productions individuelles, ces écrits sont à l’image d’un groupe riche d’approches poétiques et de sensibilités diverses. Et si dans nos poèmes s’intègrent parfois en italique des mots empruntés à des poètes d’hier ou d’aujourd’hui, c’est que nous savons que la langue poétique ne relève pas uniquement d’une expression individuelle mais qu’elle se construit dans la fréquentation d’œuvres diverses.

Publication : 2015

C’est quoi la poésie aujourd’hui ? – 5 €


 

Poèmes ou prose poétique, l’eau jaillit ici du travail et de l’inspiration de chacun pour donner à ce recueil sa dimension chorale.

Ecrits lors de trois ateliers d’écriture : 23 juin, 8 septembre, 6 octobre, les textes de ce recueil s’inscrivent dans une durée que nous avons choisie de mettre en évidence en adoptant un ordre de présentation chronologique.

Nostalgie, tendresse, gravité, mais aussi humour et amusement, irriguent nos voix plurielles qui accompagnent depuis plusieurs années les Semaines poétiques celloises et le Printemps des poètes.

Publication : 2013

L’eau dans tous nos états – 5 €


 

Chacun et chacune de nous s’y donne dans ses origines et sa sensibilité pour un voyage nostalgique ou amusé dans les lointains de sa mémoire. Ceci pour la première partie du recueil intitulée “Enfants d’hier” ; la seconde partie, “Enfants d’aujourd’hui”, aborde l’enfance actuelle pour une poésie bien ancrée dans son temps et qui s’alimente de son époque.

On dit qu’une enfance éternelle sommeille en chacun de nous ! Que ces mots lui donnent corps et la fassent vivre… Très agréable lecture.

Publication : 2012

Murmures et voix d’enfance – 5 €

 


 

Recueil de poésie sur le thème des paysages réalisé à l’occasion du Festival franco-brésilien Espírito Poitou 2011.

Les paysages nous parlent, magnifiquement, dans ces textes d’enfants, d’adolescents, du Brésil, de France, que les auteurs nous invitent à lire…

Paul Badin, poète

La poésie, mère de tous les arts, permet d’abolir toutes les barrières du langage –et de la langue– pour tendre vers l’impossible capture des choses. Tentative noble et jamais épuisée de saisir le réel dans ses subtilités : lumière, sons, odeurs, proportions, densités et formes, mais tentative vaine et quête sans fin.

Caé Guimarães, poète

Publication : 2011

De la Belle à l’Itaúnas – 5 €


 

 

 

 

Son titre “60 paysages”, est un hommage au thème du printemps des poètes 2011, “D’infinis paysages”, mais il met également en évidence la dynamique de notre écriture de groupe puisque ces 60 textes sont ceux des onze membres des écrits de le Belle.

Publication : 2010

60 Paysages – 5 €


 

Pour dire que la terre est belle et qu’on aime ses chemins, ses saisons, ses rivières, ses montagnes, ses étangs, ses fleurs sauvages et ses fleurs de jardins.

Un Eden, notre terre, un lieu où l’on pourrait normalement bien vivre mais dont le ciel souvent se déchire et où les vies sont ballottées au gré de vents parfois contraires.

Feu d’artifice et ballon dirigeable donc, en guise d’introduction à l’ouverture de nos paysages.

Parution : 2009

Photos d’ici et d’ailleurs – 13 €


 

La grande variété de ces poèmes ou fragments illustre la diversité du groupe des “Écrits de la Belle”, où se côtoient toutes les approches poétiques dans l’objectif commun d’une poésie dynamique qui parle de nos vies.

Gaîté et nostalgie se mêlent donc dans ces lignes où se dessinent, au passé et au présent, des portraits à la fois uniques et archétypes, témoignages d’instants féminins de vie.

Femmes bien réelles ou femmes rêvées, personnage de roman ou héroïne de film, jeunes ou vieilles femmes, le féminin ici se veut ouvert, pluriel.

Parution : 2009

Paroles et portraits de femmes – 5 €


 

 

 

 

Quand l’Atelier d’écriture du Foyer rural de Verrines, “Les Écrits de la Belle”, découvre les installations de Jacqueline Dubost-Garin, artiste en résidence à l’Abbaye de Celles-sur-Belle.

Parution : 2008

Installations en l’Abbaye – 5 €


 

 

Recueil de poèmes réalisé avec les enfants de l’École élémentaire de Celles-sur-Belle à l’occasion de la Fête de la Chèvre des 23 et 23 septembre 2007.

“L’insaisissable cabri pouvait désormais courir, entraînant dans son sillage enfants, enseignants, éleveurs, passionnés de chèvres et même un comédien que les frasques de l’animal avaient de suite séduit.”

Parution : 2007

Poésie en Terre de Chèvre – 3 €


 

 

 

Recueil de paroles, diverses, mêlées, anecdotiques, poétiques et enthousiastes révélant la passion caprine dans le Sud Deux-Sèvres.

Parution 2007

Entretien en Terre de Chèvre – 5 €

Poèmes des urnes 2019

 

Poèmes des urnes

 

Le ciel

Je suis là

Mais personne ne

M’écoute

Pourrai-je être

En retard

Lorsque mon heure

Sera arrivée ?

Anonyme


La forêt

Là où les oiseaux chantent

Là où les chimères vivent

Là où les feuilles craquent

Là où les animaux parlent

Se trouve une clairière

Où coule une rivière.

Je t’emmène, je connais le chemin

Jusqu’à la dernière frontière.

Oublie tes chagrins,

Regarde la lumière

Change de chemin.

Quand tu sortiras de la forêt

Tu ne seras plus le même.

Louise


On naît, on meurt

On vit, on crée

Sans avoir de cœur

On détruit l’humanité

 

Pour pouvoir toucher

Il faut voir le touchant

Pour pouvoir écouter

Il faut que j’entende

 

Pour vivre, il faut naître

Pour naître, il faut rire

Pour être, il faut devenir

Pour le rester, il faut survivre

Pour ne pas survivre

 

Il faut aimer

Pour aimer

Il faut être aimé

Tom


Toucher la lune

Perdu dans le noir,

Il me reste de l’espoir;

Les étoiles m’accompagnent,

Et la lune me gagne.

Je n’ai pas choisi de marcher sur ce chemin.

Celui où était écrit, ″Destinée″.

Mais depuis les arbres autour de moi ont poussé,

Je ne la vois plus mais un jour je la toucherai de mes mains.

Alors en attendant, quand le feuillage s’écarte,

Je la pointe du doigt et je regarde ma carte.

Je sais que je ne suis pas le seul à vouloir la toucher,

Puis soudain le feuillage se referme et se tait.

Le désespoir apparaît,

Alors je cours pour arriver au bout de ce chemin,

Mais une grande pente à grimper s’est dressée.

J’arrive au bout, et mon expression change soudain.

Sur mon visage tombe la pluie.

Je me suis enfin enfui.

Tu es la plus grande de tous, plus brillante qu’une rune,

Laisse-moi repartir avec toi, ma belle lune.

Félix