Poèmes des urnes 2019

16 avril 2020

 

Poèmes des urnes

 

Le ciel

Je suis là

Mais personne ne

M’écoute

Pourrai-je être

En retard

Lorsque mon heure

Sera arrivée ?

Anonyme


La forêt

Là où les oiseaux chantent

Là où les chimères vivent

Là où les feuilles craquent

Là où les animaux parlent

Se trouve une clairière

Où coule une rivière.

Je t’emmène, je connais le chemin

Jusqu’à la dernière frontière.

Oublie tes chagrins,

Regarde la lumière

Change de chemin.

Quand tu sortiras de la forêt

Tu ne seras plus le même.

Louise


On naît, on meurt

On vit, on crée

Sans avoir de cœur

On détruit l’humanité

 

Pour pouvoir toucher

Il faut voir le touchant

Pour pouvoir écouter

Il faut que j’entende

 

Pour vivre, il faut naître

Pour naître, il faut rire

Pour être, il faut devenir

Pour le rester, il faut survivre

Pour ne pas survivre

 

Il faut aimer

Pour aimer

Il faut être aimé

Tom


Toucher la lune

Perdu dans le noir,

Il me reste de l’espoir;

Les étoiles m’accompagnent,

Et la lune me gagne.

Je n’ai pas choisi de marcher sur ce chemin.

Celui où était écrit, ″Destinée″.

Mais depuis les arbres autour de moi ont poussé,

Je ne la vois plus mais un jour je la toucherai de mes mains.

Alors en attendant, quand le feuillage s’écarte,

Je la pointe du doigt et je regarde ma carte.

Je sais que je ne suis pas le seul à vouloir la toucher,

Puis soudain le feuillage se referme et se tait.

Le désespoir apparaît,

Alors je cours pour arriver au bout de ce chemin,

Mais une grande pente à grimper s’est dressée.

J’arrive au bout, et mon expression change soudain.

Sur mon visage tombe la pluie.

Je me suis enfin enfui.

Tu es la plus grande de tous, plus brillante qu’une rune,

Laisse-moi repartir avec toi, ma belle lune.

Félix