Recueil de poèmes des jeunes 2014

16 avril 2020

 

Ces poèmes ont été réalisés dans des classes des écoles de Celles, Verrines, Montigné et du Collège de Celles-sur-Belle.

Ils ont été écrits par des élèves de Grande Section de Maternelle (classe de Patricia Poupard), de CP (classe de Christine Perrin), de CE1-CE2 (classe de Sophie Courjaud), de CE2 (classe de Benoît Guyonneau), de CM1 (classe de Nathalie Cherfils), de CM1-CM2 (classe de Mélanie Heckendorn), en 6e B (classe de Laurence Melin), en 6e C (classe de Caroline Noël), en 6e D (classe de Monique Mousset), en 6eE (classe de Pascale David), en 4e A (classe de Céline Grosset), en 4e B et 4e E (classes de Nathalie Tricoire).

Tous ces poèmes ont été écrits en ateliers ou séances d’écriture, sous la direction des enseignants ou en collaboration avec l’animateur et l’animatrice -Jean Meloche et Huguette Quintreau- de l’atelier de poésie du Foyer rural de Verrines, ainsi qu’avec la documentaliste, Anne Duhurt.

Quelques textes dits “Textes des urnes” relèvent d’initiatives individuelles.

Ces poèmes ont été écrits sur le thème du Printemps des Poètes 2014 : “La poésie au cœur des arts”, mais aussi sur d’autres thèmes laissés au choix des enseignants.

Les poèmes présentés ont été sélectionnés par un jury municipal ; ils font partie du recueil poétique 2014 qui peut être consulté ou emprunté à la Bibliothèque de Celles.

Ces poèmes sont offerts à votre lecture et à vos rêves.


Panneau double face – Mairie


Poème

O milieu des mots

Et de ma peau

Même la nuit

En rêve un tourbillon de poèmes m’envahit

Jules


Silence silence

au bout d’une branche

il y a un paysage

Louane


Au bout d’un arbre

loin très loin la mer bleue

tout est calme

Loukas


Silence

pas de bruit

je lis un livre dans la bibliothèque

Izia


Des petits bateaux sur l’eau

Partent en soirée sur les flots

Un soleil orange et délicat

Caresse leurs mâts

Solène

D’après le tableau de Claude Monet

“Impression au soleil couchant”


Un pont japonais enjambe la rivière

Les fleurs épanouies embaument l’air

Au bord de l’eau et ses mille lentilles

Un chemin rose serpente et scintille

Émile

D’après le tableau de Claude Monet

“Bassin aux nymphéas – les iris d’eau”


Les coquelicots

Les coquelicots rouges comme le soleil couchant

Dans un pré au ciel tout blanc

Offrent à une maman et son enfant

Un bouquet éblouissant

Aloïs

D’après un tableau de Claude Monet

“Les coquelicots à Argenteuil”


Je rêve…

Je suis sur mon lit,

Les yeux fixés sur mes pensées

Je rêve de la mer si belle,

Avec ses vagues qui s’écrasent

Tel un coup de poing sur le sable.

Ses algues vertes ondulent

Semblables aux cheveux qui flottent dans le vent.

Je rêve de mes patins,

De la sensation de liberté que j’ai quand je roule.

Je rêve du chocolat,

Qui peut être amer, ou doux.

Je rêve de la peur,

Qui m’envahit tout entière.

Et surtout je rêve de mes amis,

Qui me donnent confiance en moi

Et sont ma vie…

Lucie


Les libellules

Les libellules lisent lentement

Les livres sont longs

La lune illumine l ‘étang

Les reflets sont étincelants

La pluie mouille les plantes

Le jour se lève

Antoine


Le chat

Chat qui chasse les souris

Me chatouille la nuit

Chaque jour chercher un câlin

Charmant avec ton air coquin

Dans ma chambre tu chahutes et tu chamailles

Chartreux ou chinchilla

Je ne veux pas que tu t’en ailles.

Alexandre


Mes amis

Vous comptez beaucoup pour moi

Vous êtes mon noir et mon rouge

Vous êtes ma rose et ma tulipe

Vous êtes ma musique préférée

Vous êtes tout ce que j’aime dans la vie

Cybélia


Le temps

De la jeunesse à la vieillesse

De l’hiver au printemps

De l’enfant à l’adulte

De la vie à la mort

Le temps est une chose

Que l’on ne peut expliquer.

Florian


La libellule

Mademoiselle libellule

Traversait une bulle.

De jolis jardins enchantés

Où les mots la faisaient toujours rêver

Elle battait très doucement des ailes

En s’assurant que son grand vertige

S’éteindrait sur une belle tige…

Charlotte


Porte-malheur

Je suis le plus rusé de nous tous,

J’aime écouter aux portes.

Dans la forêt lugubre,

Se cachent des choses obscures.

La forêt est notre terreur,

Nous sommes entrés

Nous avons sans le vouloir

Poussé la porte du malheur.

Mais ma ruse va gagner

La femme de l’ogre est notre alliée

Et aussi certaines bottes

Que j’ai su chausser.

Louise


Balcon de bord de mer

Mer fouettant le vent

Vent tourbillonnant

Tourbillon de sable

Sable doré

Doré le soleil

Soleil levant, soleil couchant,

Couchant les enfants

Enfant dormant

Dormant au bord de l’eau

L’eau qui me réveille de tous mes rêves.

Leïla


Devinette

Il fait peur aux enfants

Tellement il est laid.

Il prend trop de place

Tellement il est gros.

On dirait qu’il s’est fait asperger de peinture

Tellement il est vert.

Mais il s’occupe très bien de sa famille

Comme il est gentil, il a beaucoup d’amis

Je peux dire aussi qu’il a de grandes oreilles

Et qu’il entend très bien avec celles-ci

c’est qui ?

Quentin


Beaucoup trop gourmands

Elle, jeune fille,

Belle, intelligente, et courageuse !

Cheveux bruns, comme du chocolat,

Yeux marron, comme du pain d’épices,

Mais surtout beaucoup trop gourmande !

Toujours du sucre sur sa langue.

Lui, jeune garçon,

Beau, rigolo et intelligent,

Cheveux blonds comme un macaron au citron,

Yeux bleus comme des smarties,

Mais surtout beaucoup trop gourmand !

Toujours du sucre sur la langue.

Cela a failli mal se terminer

A se montrer trop gourmand

On peut aussi être mangé.

L’histoire d’Hansel et Gretel

Est là pour le prouver !

Mathilde


Au coeur de la peinture,

Ça gicle sur le tableau

C’est beau.

Samuel


Au cœur de la poésie,

Dans ma tête c’est joli,

Et dans la tienne aussi.

Lucas


Il y a

Il y a des cœurs

tout en douceur

Il y a un chemin

bordé de sapins.

Il y avait un tourbillon

de notes de violon

Il y avait un escargot

que surveillait un oiseau.

Il y aura des nuages

tout en nage

Il y aura de la pluie

sur ma vie.

Florian


Corne-Lune

Petite sculpture en terre

Dis-moi qui tu es ?

Je suis un bonhomme

Tête

Crâne

Yeux

Bouche

Nez

Capuchon de Petit Chaperon Rouge

Petite sculpture en terre

Dis-moi ton secret ?

Je suis cheveux de corne

Je suis chèvre

Je suis bison

Je suis bélier

Petite sculpture en terre

Tu ne m’as pas tout raconté !

Je suis un cheval de mer

Un hippocampe

Tu connais ?

Petite sculpture

Tu ne dois rien me cacher !

Je m’appelle Corne-Lune

Je suis la lune du mois de janvier

Je brille pour les enfants de Montigné.

Les CP de l’école de Montigné

Poème réalisé à partir d’une sculpture

de Carole Augay-Rallet, plasticienne


La beauté

La beauté comme

Un tableau de Claude Monet

Des arbres fleuris au printemps

Les belles sculptures des musées

La force qui emporte le torrent

La beauté comme

Une fleur argentée de mille feux

Un voile blanc sur une jolie robe

Le vent fou dans tes cheveux

La nuit étoilée de Van Gogh

La beauté comme

La glace brillante de l’hiver

Les vagues par-dessus les rochers

La neige sur nos maisons en pierre

Les chevaux galopant dans les prés

La beauté comme

Une marguerite dans un champ de blé

Le drapeau bleu blanc rouge de la France

Le défilé sur les Champs Elysées

Des gouttes d’eau sur les branches

La beauté comme

Un ciel bleu au-dessus des montagnes

Un arc-en-ciel après la pluie

Le lion fier dans la savane

Un coucher de soleil avant la nuit

La beauté comme

La voix douce de l’amitié

La naissance d’un enfant

Le bonheur de vivre en liberté

Et le sourire de ma maman

Poème collectif de la classe des

CM1 de Celles sur Belle


Ma peinture

Ma peinture faite d’aquarelle

Est si belle qu’elle m’ensorcelle

Quand je la vois dans le noir

Elle scintille comme une étoile

Ma peinture couleur azur

Si grande qu’il y figure mes aventures

Ma peinture faite d’oseille

Plus belle qu’un coucher de soleil

Ma peinture de couleur rose pâle

Elle est aussi douce que l’opale

Et sa beauté est incomparable

Ma peinture

Élodie


Il y a…

Il y a un emballage de Chupa-Chups

Il y a une lyre

Il y a un chat qui gratte la porte

Il y a arbre avec des escargots

Il y a un toboggan qui amuse les enfants

Il y a un hippocampe qui fait des bulles

Il y a un smiley qui fait un clin d’œil

Il y a du vent qui pousse un ballon

Et mes yeux imaginent tellement de choses !!!

Lou


Le passe-temps de ce chat : ronronner sur le bar,

Le bar est décoré de rouge,

Rouge comme les guirlandes,

Les guirlandes lumineuses,

Lumineuses comme ma robe,

Ma robe pour sortir,

Sortir sous la neige,

Enneigée de coton,

Le coton étend son manteau blanc dehors,

Dehors, la vie, calme et blanche.

Leïla


Poème

Je bois la vie

J’entends les papillons voler

Je sens le soleil

Je touche le vent

Je vois mes rêves

J’écoute l’impossible

Sonia


Poésie de notes

Un morceau de piano, c’est un cado,

Mon nouveau ukélélé, je l’ai adoré !

Une belle mélodie pour tous mes amis,

Avec mon harmonica, je souffle un fa !

Je rigole et siffle un sol,

Une corde de ma cora sonne un la.

Quand je joue de la batterie c’est comme si

Tous ces beaux morceaux étaient faits de do !

Laura


Rien n’est plus léger

qu’un nuage sur ma tête

qu’un ballon dans le ciel

que mon souffle dans l’air

en fait

rien n’est plus léger qu’un nuage de ballons sous mon souffle.

Raphaël


Rien n’est plus embêtant

qu’une mouche qui me tourne autour

qu’une fourmi qui rentre dans mes chaussures

que mes exercices à faire sur mon cahier

en fait

rien n’est plus embêtant qu’une mouche et une fourmi qui font des exercices sur mon cahier

Hanaë


Tu es partie

Cette nuit-là, je ne m’endors pas et je pense à toi

Tout en entendant la pluie qui tombe

Telle ma larme qui coule sur ma joue.

Ton odeur fruitée me manque tellement…

De mon lit, je vois les nuages passer, mais toi tu ne reviens pas…

Cette peur de ne pas être aussi forte que toi.

Trois ans plus tard, mon maquillage ne coule plus,

Et cette tristesse qui m’envahissait

Me rend plus forte à présent.

Mais je pense toujours à toi

Ne t’inquiète pas je ne te remplacerai pas.

Mes amies m’ont soutenue jusqu’au bout

Et je les en remercie.

Je vois la vie en rose.

Le temps referme les blessures.

Camille


La nature

Rouge, vert, jaune sont tes couleurs

Tu as laissé en moi

Comme la trace d’un baiser

Qui reste incrusté

Tu as su me charmer avec l’odeur des sous-bois

M’émerveiller avec le bruissement des feuilles dans les arbres

Seule la joie est en moi

L’amour tu as su me le donner

Et je saurai te le rendre

Pierre


La vie d’un voyageur

Enfin je découvre la source des Immortels

J’atteins ce mystérieux refuge où l’on se tient caché

Je m’enfonce dans une région de plus en plus déserte

Déjà, je n’aperçois plus de sentiers battus

J’ai poussé mon cheval à travers un bois de forêts sauvages

J’arrive justement au milieu de pêchers en fleurs

C’est ici que je dois retrouver mon amour perdu.

Des montagnes couronnées de nuages

Ferment de tout côté ce vallon perdu

Ça et là quelques chaumières, dont la fumée s’élève au loin

Mais voici des hôtes qui semblent venir au-devant de moi.

Voilà un vieillard, dispensez-vous de m’interroger.

Je suis celui qui apporte la sérénité.

Margaux


La tête dans les nuages

Les nuages toute une histoire.

Nous les admirons

Mais sans vraiment les regarder !

Une forme par-ci

Une forme par-là

Mais au fond on regarde quoi ?

Quelques gouttes d’eau

Une formule de chimie

Alors quand on me reproche d’avoir la tête dans les nuages

Je souris

Manon


Parfois je me rappelle d’une vieille maison de ville

De l’extérieur cette bâtisse me faisait peur

Barreaux noirs et grillage

Les murs d’un blanc rendu gris

Mais quand j’y entrais

Elle se transformait en palais

Ma grand-mère y vivait

Elle l’aimait, cette maison

La décorait, la chouchoutait

Des roses dans les vases

Des vieilles photos sur le buffet

C’était son royaume

Que moi, dans ce poème

Je suis heureuse de retrouver.

Hanna


Tu

Tu écouteras le son parfait des voix qui t ‘entourent

Tu verras au loin des paysages splendides ornés de couleurs

Tu sentiras le parfum frais de la campagne

Tu offriras de l’or à ton oiseau d’argent

Tu éclaireras chaque pièce sombre des manoirs

Tu entendras au loin les cris de joie ou les cris de malheur

Tu viendras vers celui ou celle que tu préféreras

Tu iras loin, là-bas, dans l’inconnu

Tu préserveras ton âme aussi précieuse qu’un bijou

Tu courras dans les champs de blés dorés

Thomas


Je dis

Je dis bébé

Et j’entends pleurer Arthus mon petit frère

Je lui dis : “Prends ta tototte et ça va te calmer”

Je dis abeille

Et je vois le miel jaune coucher de soleil

Je vois aussi le bouton d’or sur lequel l’abeille s’est posée

Je dis ananas

Et aïe, ça pique sur ma langue

Ce n’est pas mon dessert préféré

Je dis banane

Et je vois un gorille la dévorer

Le gourmand ne l’a même pas mâchée

Je dis bateau

Et j’ai peur des pirates

Oh ! Ils vont me rattraper

Je dis barbe à papa

Et j’entends la musique du manège

C’est la foire de Verrines

Ma barbe à papa est rose et sucrée

Je dis barbe

Mais ce n’est pas Barbe Bleue

C’est la barbe blanche de papi

Elle est très jolie

Je dis arc-en-ciel

Et je vois un grand pont dans le ciel

Je chante sur le pont d’Avignon

Et je me mets à danser.

Les GS de l’école de Montigné


Matxie

Elle est d’amour, la rivière

Elle n’est qu’îlots de pierre

Elle voit en nous sans nous refléter

Les âmes pures osent la regarder

Mais quand l’hiver arrive, elle est de glace, la rivière

Elle n’est plus d’amour mais de haine

Elle se fige alors comme le temps arrêté

Elle est princesse morte

Lors du retour du soleil la vie en elle reprend

Immortelle, intemporelles saisons

Je t’entends, je te vois

Ta vie en moi

Matxie

Ne cessera de s’écouler

Telle la rivière argentée

Lucas


Dans les forêts

J’aimerais voir des sangliers

Galoper dans les fourrés

Les voir manger des glands tombés

Les voir se coucher sous les feuilles de chênes

Dans les sapinières

J’aimerais voir des cerfs

Entendre leurs brames

Les voir fuir les chasseurs

Entendre se percuter

Les bois des cerfs

Les voir en troupeaux avec leurs biches et leurs faons

Dans les luzernes en bordure des forêts

J’aimerais voir les chevreuils couchés

En bordure de rivière

J’aimerais voir au soleil

L’ombre d’un renard

Entendre des chiens arriver

Et voir le renard se sauver

J’aimerais aller déterrer un renard dans son terrier

Dans les grands champs à perte de vue

J’aimerais courir les lièvres

Les voir galoper dans les guérets

Et surprendre les bécasses et les bécassines qui s’envolent.

Clément


Si tu pouvais entendre de ta fenêtre

Les chants d’oiseaux qu’il aimait bien

Si tu pouvais goûter aux fraises de son jardin

Si tu pouvais toucher la lune et les étoiles

Qui se reflétaient dans ses yeux

Si tu pouvais voir la mer qui brame

L’écume sur le sable chaud de l’amitié

Alors le cœur de ton ami battrait doucement avec le tien.

Gwendoline


Un sourire…

Il peut être narquois et moqueur,

Ou bien forcé et ému.

Parfois édenté et rieur,

Mais souvent sincère et détendu.

L’avoir c’est être heureux,

Prouver que ce qui nous entoure est merveilleux,

Et, c’est tout un être joyeux,

Qui, au monde, prouve qu’il est audacieux.

Attention à ne pas le dénaturer,

Car qu’il soit jaune ou caché,

Il se transforme telle une barbe mal taillée,

En un sourire piquant et sans intérêt.

Adressé à un ami il est agréable,

Adressé à l’ennemi c’est une arme fatale.

S’en servir pour résister,

C’est la plus belle des idées.

Avoir la banane et montrer ses dents,

C’est un outil dont se sert l’homme séduisant,

C’est le prolongement de la pensée pour le savant,

Il rend jolie toute personne l’utilisant.

Sourires d’enfants qui égayent la journée,

Aux sourires de nos aînés qui imposent le respect,

Symbole d’une joie que l’on a envie de partager,

Ou d’une peine que l’on veut dissimuler,

Un sourire reste toujours un bonheur à admirer,

Ou une source de réflexion pour s’évader.

Axel, avec l’aide de ses collègues de la vie scolaire


Calligrammes-bouteilles

autour du projet du collège : “Embouteillages”

T

A

T

T

O

T

T

A

C

O

T

T

R

A

Ç

A

N

T

T

O

R

T

U

R

A

N

T

T

R

E

M

B

L

E

M

E

N

T

T

E

M

P

E

R

A

M

E

N

T

T

R

A

N

S

H

U

M

A

N

T

T

A

L

O

N

N

E

M

E

N

T

T

E

M

P

E

R

A

N

T

T

O

M

B

A

N

T

Simon


Q

A

T

A

R

P

A

R

C

A

R

C

H

A

R

S

C

A

N

A

R

D

S

P

E

T

A

R

D

S

P

E

N

A

R

D

S

C

A

F

A

R

D

S

R

E

N

A

R

D

S

M

O

T

A

R

D

S

M

I

N

A

R

E

T

Élisa


 

B

O

U

B

E

L

B

U

T

B

A

R

B

O

N

B

O

L

B

U

L

L

E

B

O

U

C

H

O

N

B

A

T

T

E

R

I

E

S

B

O

U

T

E

I

L

L

E

B

O

U

T

I

Q

U

E

S

B

I

B

E

R

O

N

B

I

E

R

E

Juliette