Textes collectifs 2015

16 avril 2020

 

– classe de CP de Montigné

– classe de GS de Montigné

– classe de CP de Celles-s/Belle

– classe de CE1 de Celles-s/Belle

– classe de CE2 de Fressines

– classe de CE2-CM1 de Celles-s/Belle

– classe de 3e A


Classe de CP de Montigné

C’est la trapéziste du Cirque Bleu

C’est une dame,

C’est une sirène,

C’est la reine du trapèze.

Collant et tee-shirt rouges,

Sur sa jupe poussent des fleurs,

Son collier est en diamant.

Elle est magique sur son trapèze !

Le cheval vert en tombe amoureux,

Le poisson lui offre un bouquet,

La lune joue du violoncelle,

Et la poule du tambour,

Pour cette trapéziste exceptionnelle !


Classe de GS de Montigné

Au cirque Zavatta

Oh !

Sur la piste il y a un dompteur

Il tient une baguette avec de la viande

Le lion a les yeux bleus

Le dompteur est merveilleux

Oh oh !

Sur la piste il y a des oies

Elles sont sur un toboggan

Un petit garçon les pousse

C’est lui le dresseur

Oh oh oh !

Sur la piste il y a une roue

Sur la roue tourne un acrobate

Ses yeux sont cachés par un gant

Attention il va sauter

Oh oh oh oh !

Sur la piste il y a des clowns

Ils se prennent pour des cuisiniers

Ils servent un gâteau haut comme un chapeau de sorcier

Et un pétard fait tout exploser

Oh oh oh oh oh

Sur la piste il y a une trapéziste

Elle se balance accrochée à un pied

Elle nous donne le tournis

Oh oh oh oh oh oh!

Il y a des éclats de rire

Il y a des yeux qui brillent

Il y a un poème que l’on écrit

Pour les Semaines de la poésie.


Classe de CP de Celles-s/Belle

Ce matin dans ma rue on a vu

Un vélo qui faisait son rigolo

Une maison qui cassait un bâton

Un mur qui faisait de la peinture

Un bateau qui montait sur une moto

Une Barbie déguisée en souris

Une serviette déguisée en mitraillette

Une moto qui plongeait dans l’eau

Un dé transformé en pépé

Un ballon qui grimpait sur un mouton

La peinture qui grimpait sur un mur

Une piscine pleine de sardines

Un crayon qui chantait une chanson

Des lunettes cachées dans les toilettes

Un crayon qui prenait un avion

Des lunettes cachées sous une tablette

Un crayon transformé en paillasson

Un chapeau qui plongeait dans l’eau

Une fiche qui mangeait de la quiche

Un chapeau qu’on met sur le pot

Une voiture déguisée en toiture

C’est pas vrai, ça se peut pas

dans ma rue, y a pas ça.

Je te dis que si, viens chez moi

Il y en a plein, tu verras.


Ce matin dans la rue, on a vu

Un perroquet qui achetait un bouquet.

Un éléphant qui jouait avec un enfant.

Un éléphant qui allait voir un pélican.

Un p’tit chat qui s’appelait Emma.

Une lionne qui allait voir l’Hermione.

Une lionne qui était toute mignonne.

Une baleine qui tricotait de la laine.

Une baleine qui était attachée à une chaîne.

Un requin qui était bien trop malin.

Un requin qui marchait dans un train.

Un léopard qui se cachait dans un placard.

Un léopard qui était une star.

Un dauphin qui avait faim.

Un dauphin qui voulait prendre un bain.

C’est pas vrai, ça s’peut pas ! Dans ma rue, y’a pas ça !

J’te dis qu’si, viens chez moi ! Y’en a plein, tu verras !


Classe de CE1 de Celles-s/Belle

Recette de bonheurs en récréation

Pour 21 personnes

Dans une casserole, couper et faire fondre 6 barres de billes rares avec 100 grammes de jeux sans bagarre.

Ajouter un peu de foot.

Mélanger sans s’arrêter jusqu’à ce que le mélange devienne homogène et crémeux.

Dans un saladier, avoir préparé 100 grammes de bac à sable,

Verser les 10 centilitres de copains et copines et les 100 grammes d’amoureux.

Verser le tout dans un moule à tarte.

Faire cuire 20 minutes au four et régalez-vous du bonheur de la récréation.


Recette du bonheur

Ingrédients

– trois cœurs en pâte d’amande

– 10 câlins

– 10 petits bisous

– 3 kg de vacances

– 5 ou 6 pétales d’amour

– 300 g de poussière d’étoiles

– quelques compliments

– des fous-rires entre amis

Préparation

Mettre 3 cœurs en pâte d’amande dans un saladier multicolore

Eplucher 10 câlins

Ajouter 3 kg de vacances et 10 petits bisous

Mélanger le tout avec 300 grammes de poussière d’étoiles

Incorporer cinq ou six pétales d’amour

Verser délicatement la préparation dans une cocotte

Laisser mijoter pendant trois heures

Saupoudrer de quelques compliments

Recouvrir de fous-rires entre amis.

Bonne dégustation !


Classe de CE2 de Fressines

Pierre-Feuille-Ciseaux

Quand la montagne dort sur un arc-en-ciel rouge

la Terre écoute son chant mélancolique

sur un jardin qui ne se parfume que de silence

Quand l’orage lance une douce surprise

l’éclair touche le cauchemar oublié

sur une pyramide qui ne s’habille que de douceur.

Le ginko biloba pleure sa vie passée

Le poirier se coiffe d’une jolie tristesse

Le cerisier gronde sa joie perdue

Le châtaignier chante sa mort prochaine

Le chêne scelle sa mémoire profonde

Le baobab appelle la solitude

Et la forêt rétrécit son cœur originel.

Les coquelicots adorent la beauté discordante

L’orchidée sautille à pieds joints

L’herbe folle joue à chat perché

La feuille perle l’étonnant printemps

Les roses courent dans un songe stupide

Le saule pleure sa belle tranquillité

Le vent souffle sur la fée des rêves

Et l’épouvantail cueille sa douce peur.

La pierre fouille le bonheur planté

La feuille oublie les larmes opales

Les ciseaux frappent

Le ciel vole sur une étoile filante

Le caillou danse sur rock endiablé

Et les enfants crient pierre-feuille-ciseaux !


Classe de CE2-CM1 de Celles-s/Belle

La nature a ses couleurs

Il y avait dans un coin du monde

Une merveille, le soleil était tombé dans l’eau.

Bien au-dessus du silence

Au fond de la vallée au ciel lumineux

Une hirondelle volait au-dessus de l’océan orange.

Clé de l’amour et des coquelicots

Dans la lumière, il était venu l’été si doux.

Emportée par la danse, l’hirondelle inondait le ciel

Elle semait des fleurs dans une boîte de paille tressée.

Le vent traquait un loup d’ombre

Rien ne bougeait dans ce décor.

La nature a ses visages…


Classe de 3e A

1916 le son de la mort

Mes chaussures bleues avancent avec haine.

Je cours sous les obus, que la souffrance est laide !

Un obus insensé a tué une personne heureuse.

Une arme volée, d’une tristesse hilarante.

L’affreuse ambition mange les soldats

Une armée d’âmes court mollement.

Les pensées mortelles font couler mes larmes

Heureux de tirer avec un fusil, la joie m’envahit.

Ma pensée attrapée par les barbelés me donne peur

Les obus tirés sans galère gâchent l’honneur des soldats.

Les soldats majestueux mais dégoûtants.

Pleurant dans cette longue souffrance, la tranchée s’endort.

Le canon creuse une joie minuscule.

Un obus écrit une paix marginale.

L’ennemi pèse une frayeur molle.

Les soldats rechargent la joie contente.

Le soldat a écrit une lettre sérieuse à la maison dans des circonstances déprimantes.

La tranchée invite la joie liquide.

Le canon lit la normalité numérisée.

Les fusils crient l’effroi gris.

Une lettre marche sur une amitié dure

Les sombres obus hurlent à la paix.

Je cours avec le son des armes larges.

Le fusil noir m’a fusillé avec amour.