Textes collectifs 2016

14 avril 2020

 

 

Classe de CE2-CM1 Celles-s/Belle

Nos ressentis

 

La haine comme un cœur empoisonné

 

La colère comme  de l’électricité dans l’air

un miroir cassé

un désastre nucléaire

 

La douleur comme des menottes trop serrées

 

La tristesse comme un chien attaché

 

La peur comme un incendie dans le cœur

 

La nuit comme   un volet fermé

     un monde endormi

 

Le rêve comme  une journée qui défile

     un flocon blanc

    une nouvelle rose

   un tourbillon de lumière

 

La beauté comme un ange dans ma tête

 

La joie comme  les coquillages sur la plage

             une fleur offerte

 

L’amitié comme une maison accueillante

    une brise d’été

   la mer salée

  la poésie du soleil

L’amour  comme une cerise croquante

      un voyage en Haïti

     un coton tout doux

    un cœur découvert

   une famille portugaise

  une étincelle qui s’allume

 un fabuleux mariage

 la liberté au goût de fraise

 

Et ton visage comme  un ballon qui vole

    une fleur rose

Classe de CE2-CM1 Celles-s/Belle


Classe de 3e C

Je suis Paris

Les gens se mirent à crier

Tout le monde était terrorisé

La guerre, présente, partout

Même à côté de chez nous

Un vendredi soir au stade de France

Le public était en transe

Je me souviens d’un Bataclan

D’où les gens foutaient le camp

J’ai vu sur le visage des gens

La terreur et l’affolement

Paris est devenu désert,

Pour ne pas dire un cimetière

Je me souviens je me souviens

À le redire ce n’est plus rien

Par des actes de tarés

Car des choses se sont passées

J’ai vu des libertés

Partir en fumée

Mais la France est forte

Et elle se réconforte

La vie a repris

Je suis Paris

J’écris ce poème du haut de mes quinze ans

Pour dire qu’une personne peut en tuer cent


Classe de GS de l’école de Montigné

Pour faire un pull

Il faut de la laine

Pour faire de la laine

Il faut un mouton

Pour faire un mouton

Il faut un pré

Pour faire un pré

Il faut de l’herbe verte

Pour faire de l’herbe verte

Il faut de la pluie

Pour faire de la pluie

Il faut des nuages gris

Pour faire un pull

Il faut des nuages.


Classe de CP de l’école de Montigné

Une abeille

Une abeille de trois cents kilos

avec une chemise sur le dos

ça n’existe pas, ça n’existe pas !

Une abeille traînant une moto

pleine de gâteaux et d’animaux

ça n’existe pas, ça n’existe pas !

Une abeille parlant anglais

parlant russe et français

ça n’existe pas, ça n’existe pas !

et pourquoi pas ?